Le Fort de l'île d'Hoedic

Gîte d'étape, Espace patrimonial, Expositions

Le Fort d'Hoedic

L'empreinte de l'homme

fort aerienneL’île fut peuplée plusieurs millénaires avant notre ère. Alignements, dolmens et menhirs témoignent d’une société mégalithique importante dont les impressionnantes réalisations, consacrées aux rassemblements, à la défense, à l’observation, au culte des morts ou à la célébration de la vie, imposent le plus grand respect. Hautement spirituelle, la signification du menhir évoluera au fil du temps et selon les peuples. Tour à tour gardien de sépulture, frontière entre la Terre des vivants et la Plaine heureuse où survivent les morts, symbole de fertilité, il sera christianisé en maints endroits. Ainsi, le Menhir de la Vierge, que les femmes celtes vénéraient pour son symbole de fécondité, deviendra un temps le refuge d’une statue de la Vierge Marie.

Un fort de style Vauban fut construit en 1853 afin de défendre les côtes des velléités anglaises. Jamais armé, il sera acheté en 1979 par le Conservatoire du Littoral qui, avec le concours des Hoedicais, le transformera sur une aile en gîte d’accueil. Conçu pour être invisible de la mer, il domine un paysage où se fondent milieux marins et terrestres.

  fort hoedic reconstitution 3D

 

Quatre champs entourés de murets de pierres témoignent encore d’une époque où, jusque dans les années 1950, de nombreuses parcelles étaient cultivées en sillons. La vie sociale d’Hoedic, basée sur une charte d’inspiration humaniste, aux valeurs communautaires et égalitaires, était alors organisée autour du travail collectif. Un recteur veillait avec acuité sur la communauté de l’île. Au surplomb de la grève, gisent d’anciens fours à goémons bordés et tapissés de dalles de pierres. Le varech y était brûlé pour produire des blocs de soude. Çà et là, des galets naguère accrochés aux algues parsèment leurs abords.

Agir pour protéger

install ganivellesRemarquable par la diversité et la fragilité de ses milieux, le site d’Hoedic fait aujourd’hui partie du réseau Natura 2000.
Acquis à partir de 1977 par le Conservatoire du Littoral, il est depuis co-géré en partenariat avec la commune d’Hoedic et l’association de gestion du fort d’Hoedic et de son environnement.
Pour assurer la préservation des espaces, un ensemble de mesures de protection a été mis en oeuvre. La lagune du Paluden, envahie par les grands roseaux, évoluait inéluctablement vers l’assèchement et l’appauvrissement de sa biodiversité. De récents travaux d’ouverture de canaux et de plans d’eau, cofinancés par la communauté européenne, ont permis de pallier cette menace et le retour progressif d’oiseaux telles les sarcelles, les échasses ou les aigrettes.

Les dunes, menacées par le fort piétinement estival, ont été protégées à l’aide de ganivelles en châtaignier. Du géotextile a été déroulé sur les passages les plus fréquentés afin de limiter l’érosion des sols. À la fois espace de liberté et zone sensible, le site a besoin de tous pour ne pas se détériorer.
Ainsi, les descentes sauvages ouvertes à même les falaises de sable sont-elles très préjudiciables à leur maintien. Nombre de plantes sont rares et protégées. Ne pas les cueillir relève d’un geste responsable. Hoedic est un monde préservé où tout est à dimension humaine. Une rare authenticité imprègne l’île et sa population, posez-y pieds et regards avec délicatesse.

Horaires d'accueil

En saison (été et ponts) :
lundi-samedi de 10h30 à 12h30
l'après-midi à 15h30 et à 19h
Hors saison (hors été et ponts) :
lundi-samedi en fonction de l'heure d'arrivée du bateau
Le dimanche accueil uniquement à 19h

A propos

Association de Gestion du Fort d'Hoedic
et de son Environnement
Le Fort
56170 HOEDIC
Tél. 02 97 52 48 82